L’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Article rédigé par le Dr Maâlej Ali, enseignant à l'université de Sfax en Tunisie

Résumé

En principe, le diplôme universitaire devrait se suffire à lui-même pour accéder au marché de l’emploi et décrocher un poste d’importance. Désormais, il est aujourd’hui nécessaire de passer par des stages pour aboutir au même résultat et accéder au monde du travail. Le stage, sous toutes ses formes, s’impose comme une étape sine qua non pour intégrer la sphère économique. Dans cet article, nous avons cherché à analyser les déterminants de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Un échantillon de 810 diplômés ayant bénéficié d’un contrat de stage d’initiation à la vie professionnelle (SIVP) a été ciblé ; pour aboutir aux résultats que la conjoncture économique correspondant à la période 4 (2010) a un effet négatif et significatif sur l’insertion. Nul doute que l’effet des mouvements sociaux

déclenchés fin 2010 sont pour quelque chose dans ce résultat. A l’inverse, les diplômés d’un niveau bac≤ 3 ainsi que ceux d’un niveau bac≥5 ont une forte chance d’être insérés dans le circuit du travail après un SIVP. Les maitrisards (bac+4) quant à eux, rencontrent plus de difficulté à s’insérer. Les diplômés ayant poursuivi des filières en ATJS et DSJ ont, significativement, une faible chance d’être insérés. Ceux ayant poursuivi les filières en LSHS, ATJS, DSJ et SEG ont une durée d’attente plus longue que leurs homologues en SET et SMP. Un regard que nous avons jeté à travers un kaléidoscope aux multiples couleurs.

Mots-clés : Diplôme – filière – stage – emploi.

 

Lire ou télécharger l'article en cliquant sur ce lien

 

/l-insertion-professionnelle-des-jeunes-diplomes-doc.pdf