Immigration : Réforme du droit de la nationalité très prochainement Manuel Valls Ministre de l'intérieur veut faciliter l'accès à la nationalité française

 Une réforme  du droit de la nationalité doit voir le jour très prochainement.

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, estime "urgent" de "redresser la courbe du nombre de naturalisations" d'étrangers en France.

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a publié ce jeudi, une circulaire pour rouvrir plus largement l'accès à la nationalité française. Le but : redresser la courbe déclinante des naturalisations en France. Pour le ministre, il s'agit d'une "urgence". Manuel Valls compte ainsi revenir "sur les critères les plus discriminants qui sont à l'origine de près de 70% des refus". Les nouveaux critères se veulent "transparents et justes", a-t-il dit lors d'un déplacement à Toulouse jeudi matin.

 

"Je refuse l'idée que seuls les détenteurs d'un CDI puissent devenir français", a déclare Manuel Valls. Il a aussi indiqué que la méthode du questionnaire à choix multiples - souhaitée par l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant - était abandonnée. "La méthode du questionnaire à choix multiples relatif à la connaissance de l'histoire et de la culture et de la société françaises est abandonnée. On ne devient pas Français en répondant à un QCM !"

 

Selon Manuel Valls, la politique du précédent gouvernement s'est traduite par une baisse de 30% du nombre des naturalisations entre 2010 et 2011 et de 45% entre 2011 et 2012. Cette politique est le fait d'une France "qui regarde le monde avec méfiance et cède, alors, à la tentation du repli", a-t-il dit en fustigeant le débat sur l'identité nationale, qu'il refuse de rouvrir. Il confie au Monde ne "pas avoir d'objectif chiffré", mais veut "retrouver le rythme d'avant". Soit "avant le passage de Claude Guéant Place Beauvau".

 

Le ministre de l'Intérieur a cependant réaffirmé que "la nationalité ne doit être ni bradée, il ne peut y avoir de Français au rabais, ni réservée à quelques-uns, à une élite". "Il faut maitriser l'immigration, il faut des règles au niveau national et européen, on ne peut pas accueillir tout le monde", a-t-il renchéri.

 

source :  journal le monde du 18 -10- 2012